dimanche 21 juillet 2013

[CINEMA] [COUP DE CŒUR] Pour une femme





De Diane Kurys
Avec Benoît Magimel, Mélanie Thierry, Nicolas Duvauchelle, Sylvie Testud.


A la mort de sa mère, Anne fait une découverte qui la bouleverse : une photo ancienne va semer le doute sur ses origines et lui faire découvrir l'existence d'un oncle mystérieux que ses parents ont accueilli après la guerre. En levant le voile sur un secret de famille, la jeune femme va comprendre que sa mère a connu un grand amour, aussi fulgurant qu'éphémère…


Mon Avis : Ce film fut pour moi un véritable coup de cœur. J’aime beaucoup les histoires d’après guerre, qui décrivent un retour à la vie, une reconstruction, une volonté d’aller de l’avant sans jamais oublier. Et j’aime les histoires d’amour d’après guerre, toujours tragiquement romanesque. Sans mentionner que j’adore Mélanie Thierry.
Ce film m’a totalement bouleversé et touché. Les trois personnages principaux sont vraiment très attachants.
Michel (Benoît Magimel) incarne le survivant d’après guerre qui se consacre au communisme, à sa nouvelle boutique et à sa femme trophée qu’il aime et admire de tout son cœur. Il accueille son frère perdu depuis longtemps à bras ouvert. Il s’agit d’un personnage très humble et très touchant que l’on suit à différent moment de sa vie. Son amour impérissable pour sa femme et l’admiration qu’il lui porte est très émouvant.
Léna (Mélanie Thierry) est le personnage qui évolue le plus. Elle est douce, vit dans le respect des convenances, éprouve pour son mari une immense reconnaissance, mais fait partie de ses femmes qui aspirent à vivre autrement, à être plus indépendante, à travailler, à s’habiller de manière féminine sans trop se soucier du qu’en dira-t-on. Une femme moderne. Mélanie Thierry est comme à son habitude d’une fraicheur, d’une légèreté absolue. Elle incarne parfaitement une femme à la fois candide et forte, une femme en proie avec ses sentiments, ses émotions, et son sens du devoir et de la loyauté. Il s’agit sans nul doute de mon actrice française favorite, je suis toujours très touchée par son jeu d’actrice.
Jean (Nicolas Duvauchelle) est un personnage mystérieux incarné à merveille par un Nicolas Duvauchelle tout en tension et en charme.
Anne (Sylvie Testud) est la fille de Michel et Léna, celle qui fouille le passé à la recherche de quelques réponses. Plus que cela, elle incarne en réalité la réalisatrice elle-même puisque l’histoire est inspirée de la vie de la réalisatrice. 



Bien qu’il s’agisse d’un film qui traite de l’après guerre, il n’est pas du tout pesant, au contraire. Le film alterne les moments sérieux, quelques moments d’humour et d’autres d’émotions. Plus qu’un film d’après guerre en réalité, il s’agit d’un film sur la recherche de ses origines, sur la famille, sur la notion du devoir, mais aussi sur la construction ou la reconstruction de soi-même, sur les décisions importantes, sur le pardon et sur le passé.

Bref, il s’agit d’une belle histoire touchante et émouvante, pleine de sincérité, qui m’a beaucoup marquée.




2 commentaires:

Ambre a dit…

Ça a l'air bien ! j'en ai jamais entendu parler par contre, c'est sorti y'a peu de temps ?

Coline a dit…

@Ambre : je l'ai vu il y a moins de 15 jours au ciné, je pense qu'il doit même encore y être. Je n'en avais pas entendu parler non plus, c'est une amie qui m'a proposé d'aller le voir.