mercredi 14 août 2013

[CINEMA] Only God Forgives




 

Au rayon des films que j’ai vu il y a plusieurs mois et dont je n’ai pas encore parlé, on trouve « Only God Forgives » de Nicolas Winding Refn avec Ryan Gosling et Kristin Scott Thomas.

Comme beaucoup, je ne connais pas le cinéma de Nicolas Winding Refn (dont je n’arrive jamais à prononcer le nom par ailleurs), je ne connais que Drive. J’ai lu de nombreuses chroniques au sujet d’Only God Forgives, et elles se divisent en deux types de personnes : celles qui sont comme moi, et celles qui connaissaient déjà bien l’univers de Nicolas Winding Refn. En général, les premières n’ont pas vraiment aimé, et les secondes s’amusent de la réaction des premières. Quoi qu’il en soit, la question divise, et mon avis personnel à tendance à être entre les deux.

D’un côté, j’ai apprécié le film car j’ai admiré le travail de Nicolas Winding Refn concernant l’esthétique de son film. Les plans sont lents et beaux, vraiment beaux (même si parfois les scènes sont assez violentes). J’en ai pris pleins les yeux. J’admire les réalisateurs qui ont un univers bien arrêté et qui prennent soin de vraiment travailler selon leur vision du 7ème art. De ce travail de l’image ressort également une immense tension, palpable durant tout le film, d’autant plus que le silence presque omniprésent est très pesant. 


Cependant, sorti de cela, je n’ai pas vraiment accroché. Je trouve le film tellement esthétique qu’il en devient inabordable pour beaucoup, car l’histoire est quasi inexistante, ou plutôt réside dans les silences, les non dits, et c’est au spectateur de comprendre tous les sens cachés, de comprendre ce que le réalisateur a souhaité mettre en valeur. Et personnellement, ce genre de cinéma j’ai du mal. Je trouve que c’est bon pour le 7ème art, mais que ce n’est pas trop pour moi, et je trouve justement que dans « Drive » Nicolas Winding Refn avait trouvé l’équilibre parfait entre art et divertissement (je sens que cette dernière phrase va faire frémir d’horreur les fans de Nicolas Winding Refn, mais je n’ai peur de rien), mais qu’ici, on retombe dans une sorte de cinéma d’élite, où il faut connaître (et aimer) l’univers du réalisateur pour réellement apprécier le film. C’est un choix que je respecte, mais qui m’irrite parfois un peu quand même je l’avoue.

De plus, si Kristin Scott Thomas est stupéfiante dans ce film (avec un rôle de mère incestueuse ravissant), j’ai toutes les peines du monde à prendre la défense de Ryan Gosling, et pourtant ceux qui me suivent connaissent mon amour immodéré et arbitraire pour l’acteur. Mais dans le film, je trouve effectivement qu’il n’est pas très expressif, et pourtant d’habitude je le trouve au sommet de son art lorsqu’il a peu de texte et qu’il s’agit de tout faire passer par le regard. Mais là, rien.


En résumé, j’ai été séduite par l’esthétique du film, mais non seulement je ne conseillerai pas le film car je doute qu’il plaise au plus grand nombre, mais je ne le reverrai pas moi-même non plus.





7 commentaires:

Nelcie a dit…

Je ne suis pas allée le voir quand il était en salle et finalement je le regrette, parce que j'aurais vraiment aimé me faire ma propre opinion de ce film.
Moi non plus, je ne connaissais pas Refn avant Drive (que j'ai adoré).

Coline a dit…

@Nelcie : Je ne suis pas certaine que tu ais raté grand chose pour autant, je t'assure.

Foulard Léopard a dit…

Moi j'ai adoré, ces silences ces non-dits, ça fait partie du cinéma que j'apprécie. Tout le travail sur le complexe d'Oedipe, sur cette relation mère/fils malsaine, m'a énormément plus. Beaucoup l'ont qualifié de vide (comme avec Spring Breakers/ The Bling Ring) moi je n'ai pas du tout trouvé. Mais je crois que je suis un peu une des seules ^^

Mariyon a dit…

J'avais vu Drive il y a quelques temps, c'est vrai que les plans sont beaux et tout, mais le silence et le manque de dialogues... ça m'a presque endormie. J'aime pas les personnages trop bavards mais là c'est un autre extrême. Faut voir avec ce film là, il est sur ma liste depuis un petit bout de temps déjà.

Coline a dit…

@Foulard Léopard : oui, je connais peu de personne qui ont apprécié le film, mais j'arrive à comprendre tout de même qu'on peut aimer. Moi ce n'est pas trop mon genre.

@Mariyon : si tu n'as pas aimé Drive en partie à cause du silence et du manque de dialogue, je doute que tu aimes celui-ci, car tout cela est poussé à l’extrême.

VeerledeFrance a dit…

Hello !

Je suis d'accord avec toi sur l'esthétique, très forte, prégnante. Sans la trouver élitiste, je pense effectivement qu'un-e novice de l'univers du réalisateur manque de clefs de lecture. Egalement, malgré mon estomac bien accroché (Amélie te le confirmera), j'ai eu du mal à regarder certaines scènes. Je te rejoins donc complêtement sur le fait que ce n'est pas un film 'populaire', fait pour le plus grand nombre.
Par contre je ne pense pas que l'histoire soit inexistante. Il reprend au contraire de très vieux mythes chers au théâtre: celui de la famille des Atrides et celles des Ladbacides : meutres, parricide, infanticide et inceste...Et avec le recul, je trouve fabuleux que l'essentiel de l'histoire se joue dans ce qu'on devine ou croit lire entre les lignes.*

J'en connais également beaucoup ont été tentés par un 'Drive c'était mieux'. Seulement ce film n'est aucunement comparable avec Drive. C'est comme si on reprochait à Tarantino d'avoir fait Pulp Fiction et DeathProof. C'est un peu un non sens à mes yeux.
Bref, merci pour cette critique !

*et puis, bon, je ne veux pas être méchante, mais Ryan, il n'en choisit pas des masses, des rôles parlants :)

Coline a dit…

@VeerledeFrance : merci à toi pour ces commentaires très intéressants ! Je comprends ce que tu veux dire pour l'histoire, mais je pense que je n'y ai pas été sensible, simplement. Et oui, c'est vrai que Gosling ne choisit pas franchement des rôles où il est très bavard, mais là il a fait très fort !!